Les places vacantes

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Carlos le Jeu 1 Sep 2011 - 10:30

J'ai donc écrit une partie du bg du possible GP de Dranig. J'ai préféré situer le texte il y a dix ans, dans l'idée où il fallait des grands prêtres déjà en poste, puisqu'en plus je suis presque certain que le rôle n'a jamais été vraiment occupé. Évidemment au besoin je peux changer ça.

24 Grimstel 1231

Une petite procession venait de quitter Sonak pour pénétrer dans la forêt qui s'étendait derrière la ville. Ces terres étaient négligées de la plupart des habitants du royaume, et l'atmosphère y était lourde, pesante, rappelant en permanence la vieille trahison qui avait permis au roi Roland de prendre possession des environs et les conséquences qu'elle avait eu pour ce dernier. Les voyageurs y étaient rares et la plupart de ceux qui empruntaient cette direction souhaitaient atteindre l'étrange ville de Saphan. Ce n'était pas le cas des membres de la petite troupe cependant. Les quatre paladins et quatre prêtres, tous du culte de Dranig, qui la constituaient cherchaient une chapelle bâtie sous la protection des arbres. Les discussions, qui allaient bon train parmi les membres du groupe avant leur entrée dans les bois, s'étaient tues. Les échanges s'étaient faits brefs, chacun brisant le silence des lieux. La plupart du temps ils portaient simplement sur le chemin à emprunter.

-Qu'en pensez vous, cherchons nous bien au bon endroit? Disait un prêtre.

-Je n'en sais rien, mais la forêt n'est pas très vaste. Nous trouverons rapidement, répondait un autre.

Puis tout le monde se taisait et la quiétude de l'endroit revenait, un certain malaise s'installant pour un moment parmi les membres du groupe. À vrai dire, bien que réputés sages, les prêtres de Dranig réagissaient de la plus humaine des façons dans cette forêt vide de toute présence civilisée, où même les animaux se refusaient à faire du bruit, en parlant ainsi, se rassurant quelque peu. Le malaise venait de là : après un bref instant de normalité, toute la lourdeur de la forêt revenait brusquement. Si l'endroit était moins dérangeant, ils se seraient tus. Ils savaient déjà que leurs recherches seraient fructueuses. Les énigmes laissées par ceux qu'ils voulaient localiser pour signaler leur position, les informations grappillées ça et là et même les témoignages des habitants de Sonak concordaient parfaitement. La localisation était de plus cohérente. Le but de leur expédition était une petite société de prêtres, dont les liens avec le temple principal étaient faibles. Bien que se réclamant « prêtres », on les comparait plus souvent avec des moines. Ils vivaient en reclus dans leur domaine forestier et cultivaient une vision particulière du culte de Dranig, axée sur sa réputée sagesse et ses légendaires réflexions philosophiques, élevés au même rang dans la liste des attributs du dieu que le vent et la foudre. Certains voyaient dans ce groupe une secte hérétique, d'autres un regroupement d'originaux mais dans l'ensemble le temple principal le laissait en paix.

Aujourd'hui cependant des circonstances exceptionnelles demandaient à ce que les deux groupes religieux communiquent. L'obsession que les prêtres de la chapelle tant recherchée avaient développé pour les énigmes diverses et variées se révélait par ailleurs problématique au vu de la situation. Eux mêmes n'avaient jamais clairement révélé la position de leur lieu de culte. Ils préféraient le garder cacher et disséminer des informations énigmatiques sur leur localisation, pour tester les éventuels futurs membres. Chacun dans la procession était convaincu qu'une indication cachée dans la forêt montrait le chemin qu'ils devaient emprunter mais aucun d'entre eux ne l'avait encore trouvé. Ils n'avaient même pas évoqué le sujet. Et ainsi se poursuivaient les recherches, à tâtons. Trois heures s'étaient écoulées depuis l'entrée des servants de Dranig dans le bois lorsque l'un d'eux s'arrêta, remarquant un détail qui avait changé. Le silence s'était brisé, remplacé par le sifflement ténu du vent. L'homme hésita un instant à mentionner son idée. N'était-ce pas trop simple pour être vrai? Mais ils n'avaient aucune autre piste.

-Vous entendez le vent? Je ne crois pas qu'il s'est simplement levé. À vrai dire, le bruit n'a cessé d'augmenter depuis quelques minutes. C'était un bourdonnement à peine audbile, au début, et maintenant c'est ce son caractéristique.

-Tu insinue par là que c'est une indication? Répondit aussitôt un autre prêtre, dubitatif.

-Et pourquoi pas? Imaginons qu'il y aie un endroit dans cette forêt, beaucoup plus sujet au vent que les autres. Cela colle parfaitement au culte de Dranig. De plus n'est-ce pas une indication juste assez bien dissimulée pour n'être comprise que par ceux ayant un tant soit peu de bonnes raisons de chercher leur chapelle?

La discussion ne dura pas longtemps. Les huit hommes s'entendirent bientôt pour aller dans la direction que le vent indiquait. Au bout de dix minutes de marche, ils aperçurent au loin un bâtiment, cerné de gands arbres. La construction de pierre n'avait rien à voir avec les temples présents ailleurs sur le continent. Presque en ruines, elle s'élevait sur deux étages, les restes de ce qui fût le troisième se laissant deviner tout en haut du bâtiment, tout juste assez haut pour ne pas dépasser les arbres qui l'entouraient. En s'en rapprochant, les membres de l'expédition virent que les murs étaient couverts de lierre. Les dimensions de la ruine lassaient supposer qu'elle pouvait avoir été, par le passé, une tour dépassant de loin le couvert des arbres, mais vu la croissance de ceux-ci, dont les branches les plus hautes avaient grandi là ou aurait du se trouver le troisième étage, laissaient savoir que cette époque était révolue depuis bien longtemps.

-Est-ce bien le bon endroit? Questionna l'un des paladins.

-Il nous faudra entrer pour le savoir. Passez devant.

Suivant les instructions du prêtre qui lui avait répondu, l'homme entama la recherche d'une entrée. Il la trouva sur le côté de la construction, entre deux arbres, difficilement visible. Se rapprochant de la porte, il fit signe à l'un des trois autres paladins de l'accompagner. Ceux qui resteraient allaient protéger les prêtres, en attendant de savoir s'ils pouvaient entrer. En pénétrant dans la tour en ruines, les deux hommes furent rassurés de voir que l'intérieur était plus soigné que l'extérieur. La porte donnait sur un couloir aménagé d'une façon qui tranchait radicalement avec le délabrement apparent des lieux. Des torches éteintes se trouvaient sur les murs, un tapis recouvrait le sol et quelques éclats de voix se faisaient déjà entendre, provenant de l'une des portes du couloir, entrouverte. Les paladins sortirent indiquer à leurs compagnons que la voie était libre et qu'il s'agissait probablement de la chapelle qu'ils cherchaient. Le groupe dans son intégralité pénétra donc dans la tour et se dirigea vers la porte entrebâillée. L'un des paladins l'ouvrit, découvrant alors un petit salon comme on en trouvait dans les maisons des bourgeois de Trigorn et de Proncilia. Cinq hommes se trouvaient dans la pièce, manifestement engagés dans un débat. Trop occupés par leur conversation, ils n'avaient pas entendus les pas du groupe. Surpris en voyant un homme inconnu ouvrir la porte, ils se turent, demeurant silencieux quelques secondes avant que l'un d'eux prenne la parole.

-Plaît-il?

Le paladin s'écarta, laissant la place à l'un des prêtres du groupe, qui, après une brève hésitation, décida que son interlocuteur était très probablement membre de la société religieuse qu'ils cherchaient..

-Je suis un prêtre de Dranig. Comme vous. Nous sommes ici pour voir un certain monsieur Hammond.

La réponse ne se fit pas attendre.

-Tiens donc. Vous vous intéressez à l'un d'entre nous? Ce n'est pas courant. Vous comprendrez que je me dois de m'enquérir de la raison de cette demande.

-Notre grand prêtre est mort et la situation exige que monsieur Hammond en soit informé et nous suive jusqu'à Trigorn.

Une nouvelle hésitation suivit la phrase, puis le membre de la secte se décida. Après tout, une délégation officielle de ce genre ne pouvait pas avoir été envoyée sans bonnes raisons. En se levant, il lança un « Suivez moi. » avant de sortir de la salle et, pendant que ses quatre compagnons reprenaient leur débat, de se diriger vers l'une des autres portes du couloir. Elle donnait sur un escalier et, si le guide de la troupe monta vers le deuxième étage, les membres de celle-ci purent constater que les marches se dirigeaient aussi vers le bas. En débouchant au second étage, le cortège constata que celui-ci était constitué d'une seule grande pièce, richement décorée. Un tapis central coupait la salle en deux. De chaque côté se trouvaient huit fauteuils disposés en cercle, certains d'entre eux occupés, par des gens vêtus en prêtres, discutant comme le faisaient les cinq hommes dans le salon du premier étage, mais la plupart vides. Contre les murs latéraux étaient disposées des rangées d'étagères croulant sous les livres. Au fond se trouvait ce qu'on ne pouvait décrire que comme étant un trône. Dessus était installé un homme. La vision tranchait définitivement avec ce qu'on attendait de moines reclus. Le guide du groupe désigna l'individu sur le trône.

-Voila monsieur Hammond. Allez y.

Le prêtre qui avait pris la parole plus tôt s'avança tandis que les sept autres religieux attendaient à l'entrée. Devant le trône, il prit le temps de jauger l'homme en face de lui. Il n'avait manifestement pas plus de trente ans et était vêtu d'une veste et d'un pantalon noirs. Il tenait un livre, qu'il déposa sur ses genoux lorsqu'il remarqua le prêtre.

-Bonjour. Moi et mes compagnons avons été envoyés à votre recherche il y à une semaine pour vous informer du décès de l'ancien grand prêtre de Dranig.

Après avoir parlé ce dernier marqua un temps d'arrêt pour s'attarder sur la réaction de son interlocuteur. Le visage de ce dernier ne dévoila cependant pas grand chose, malgré le passage fugitif d'un sourire sur celui-ci alors le prêtre poursuivit.

-Après avoir discuté de la marche à suivre, nous avons conclu que vous étiez l'homme de la situation. Vous serez présenté au Sargath afin que les dirigeants des autres cultes statuent sur votre cas. Si leur avis est favorable vous deviendrez le nouveau grand prêtre.

Hammond adressa un nouveau sourire, visiblement forcé, au prêtre avant de répondre sur un ton peu enthousiasmé.

-Vous vous trompez si vous pensez pouvoir faire de moi l'un des vôtres. Notre vision du dieu que nous servons diffère. Je doute que vous puissiez être satisfait des décisions que je prendrais comme grand prêtre.

C'était au tour de son interlocuteur de se forcer à ne pas montrer sa désapprobation. Celle-ci demeurait cependant parfaitement visible et après l'avoir constaté, Hammond reprit.

-Maintenant que c'est chose faite, je vais m'empresser de rassembler quelques affaires pour la route. Nous profiterons du repas, servi dans une heure, puis nous partirons. Bonne soirée.

En soirée le groupe reprit en effet la route, avec Hammond cette fois. Le chemin du retour fut trouvé assez rapidement, la forêt étant de taille réduite. Ils s'arrêtèrent à Sonak pour y passer la nuit puis, au matin, partirent en direction de Proncilia. Lorsqu'ils arrivèrent en ville deux jours plus tard, Hammond fut présenté à un groupe de prêtres influents du culte, ceux-la même qui l'avaient désigné comme choix du temple pour la succession au titre de grand prêtre. Hammond passa de longues heures à discuter avec eux. Il apprit ainsi que, comme il le pensait, le choix avait été particulièrement difficile à faire. Non pas que les candidats se bousculaient aux portes : c'était même l'inverse. Peu de prêtres semblaient assez compétents pour assumer la fonction. Ceux dont les pouvoirs semblaient suffisants étaient tantôt trop jeunes, presque des enfants, qui auraient fait de bons candidats dix ans plus tard, tantôt trop vieux, leurs corps et leurs esprits ayant trop faibli avec le temps pour qu'ils puissent assumer la direction de tout un temple. Ceux qui avaient assez de charisme pour maintenir l'unité parmi les fidèles étaient sans exception des prêtres pitoyables, connaissant à peine assez les dieux pour assumer leur fonction. Ceux dont l'érudition aurait pu faire de bons candidats étaient fades, bien trop pour devenir l'un des symboles du temple. Seul lui-même s'était détaché du lot, mais ses idées inhabituelles et la ferveur étonnante avec laquelle il les défendait avait failli le disqualifier. C'était de justesse qu'il avait été désigné comme possible successeur au titre de grand prêtre. Désormais il lui restait à obtenir l'approbation des représentants des autres cultes.

C'est le lendemain qu'il prit de nouveau la route, avec une nouvelle escorte, cette fois-ci pour se présenter au Sargath.
avatar
Carlos
Admin

Messages : 696
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Internet

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Tenzin le Lun 5 Sep 2011 - 20:22

Au passage, une idée de où se situent les éventuels temples dédiés à Vanilius ?
avatar
Tenzin

Messages : 22
Date d'inscription : 31/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Kayin le Mer 7 Sep 2011 - 18:37

Bon, vu qu'il faut se dévouer, voilà le BG d'un prêtre de Demonio. Peut-être le futur GP, à vous de voir.

Nom : Korvaahl
Prénom : Belvar
Signe astrologique : Canin
Date de naissance : 21 Deficos 1195
Profession : Prêtre de Demonio
Race : Nagga


- Belvar, lève-toi ! C'est pas comme ça que tu arriveras à le remplacer ! Allez, redresse-toi ! Je veux que même tes écailles reflètent la rage !

- ... Tais-toi et reprenons.

Cela faisait des années que les deux naggas s'entrainaient corps et âme au combat dans un but bien précis : ce n'était pas l'élitisme omniprésent dans leur société qui les motivait excessivement, mais la volonté d'atteindre l'inaccessible. Ainsi, la boue, substitut des pavés des grandes villes, recouvrait déjà leur écailles, les remplaçant presque, en formant une couche dure et épaisse.

- C'est assez pour aujourd'hui, tu trouves pas ? On ferait mieux d'aller au temple, on a des offrandes à faire, ne l'oublie pas, Belvar.

- Je sais ce que j'ai à faire.


Les deux amis quittèrent ensemble le paysage marécageux, presque complètement masqué par la brûme, et se dirigèrent vers le temple de Demonio qui se trouvait non loin des portes de la ville de Repens. Les rares humains qui auraient eu la chance de les apercevoir auraient probablement cru à un mirage ; leur vitesse était telle que nul n'aurait imaginé qu'un nagga, habituellement gauche sur l'herbe et les pavés, pouvait se mouvoir avec tant de facilité. Les deux compagnons arrivèrent donc rapidement devant le bâtiment, sans même avoir pris la peine d'échanger quelques paroles. Solennel : tel était l'adjectif qui les définissait.

Les deux gardiens qui étaient postés devant les portes les saluèrent humblement, un geste rare dans ce milieu où force et obéissance règnaient en maître. Silencieux, ils pénètrèrent le temple et rampèrent jusqu'à l'autel qui se trouvait au bout de la salle. La pièce, décorée par de simples candelabres dont les bougies faisaient danser les ombres sur les murs, était sombre et froide et s'accordait parfaitement aux événements qui allaient se produire.

- Tu me sembles bien pensif, Belvar. Tu as un problème ?

- Non.

- Allons, tu sais bien que tu peux tout me dire. On est amis, tu t'en rappelles ? Je t'ai sauvé la vie, tu m'as sauvé la mienne lors de l'attaque de cette saleté de Hierax, on a grandit ensemble, tout ça. On a les mêmes buts, toi et moi, ensemble, on y arrivera, je te l'assure, alors laisses-moi t'aider, d'accord ?

- D'accord.

- Ah voilà, j'aime quand tu m'écoutes. Bon, parles pendant que je prépare l'autel pour le sacrifice. Ah, d'ailleurs, où est-il ?

- Non loin...


Terhaar s'avança alors près de la statuette du représentant des ténèbres en sifflant quelques paroles que lui seul pouvait entendre. Belvar, quant à lui, approcha lentement son hallebarde du dos de son vieil ami avant de l'empaler sans aucune hésitation, dans un coup sec et précis. Goutte après goutte, le sol se colorait du sang du Nagga trahi.

- Qu...B...Pourquoi ?

- Cela fait bien des années que nous louons le grand Demonio, Terhaar, ne le comprends-tu donc pas ? Ces sacrifices...Ils sont tous inutiles. Et ils le seront tant que nous ne nous sacrifirons pas nous-même. Nous ne devons pas seulement faire souffrir les autres, non, il nous faut partager cette douleur. Ce n'est que de cette manière que nous pourrons montrer notre fidélité au puissant Démonio.

- Be..l..var...

- Que Démonio te garde.


Belvar retira son arme, et vînt en poser la lame dégoulinante de sang au dessus de l'autel du dieu tant respecté, avant de s'entailler les avant-bras pendant que son ami gisait sur le sol froid.

'En t'offrant la vie de l'ami qui m'était le plus cher, je t'offre aussi la mienne. Laisse-moi te prouver combien je te suis dévoué, mon Maître. Bientôt, je remplacerai ces dirigeants miteux et propagerai ton culte à travers le royaume.'

Il était un Nagga comme les autres, fils d'un guerrier et d'une mère cuisinière, et il venait à l'instant d'assassiner son seul ami et de se mutiler. Il avait consacré sa vie à son dieu, priant et dévouant chaque acte au représentant des Ténèbres, dans l'espoir de pouvoir, un jour, prendre la place des dirigeants de sa ville natale. Le récit de sa vie n'était en rien extraordinaire, il avait suivi une formation de prêtre tout en étant obligé d'apprendre à combattre, jusqu'à ce jour particulier.


Une année plus tard.


- Prêtre Korvaahl, le Sagrath aura bientôt lieu et il paraît que l'actuelle Grande Prêtresse de Demonio est portée disparue. Vous êtes le seul à même de pouvoir représenter notre grand Dieu, vous devriez y aller.

- Enfin. Préparez mes affaires et que Demonio vous garde.
avatar
Kayin

Messages : 141
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Abelarion le Mer 26 Oct 2011 - 20:08

Voilà l'esquisse pour le gp de Dranba.

prénom: Lanäelle
Nom:??
Race: Shaamah

Lanäelle naquit en 1210 dans le hameau entourant le parc d'Azahung sur le continent d'Harroka. Elle était plutôt calme en comparaison aux autres enfants de son âge, elle semblait préférer faire la sieste plutôt que s'amuser avec ses frères. Nombreuse furent les fois ou ses parents tentèrent de la stimuler, malgré leurs efforts la petite Shaamah ne sortait que peu de chez elle. Bien qu'il lui arrivait parfois de trouvé intérêt aux jeux de ces semblables. Lorsque son frère était en âge de partir, ses parents décidèrent d'envoyer leurs filles en voyage avec lui, espérant que celui-ci la motiverai.

Lanäelle suivit son grand frère, parcourant les plaines de Naep. Elle le suivit jusqu'à Lhynn ou elle s'arrêta, le calme de la ville lui convenait tout comme le petit lac au nord ouest de celui-ci. Son frère la laissa donc ici, lui demandant de l'attendre jusqu'à son retours. Les semaines passèrent, Lanäelle en apprenait chaque jour un peu plus sur sa nouvelle ville. Elle s'intéressa aux dire de groupe que la ville nommait 'Les dormeurs'. Allant chaque jour les voir pour en apprendre plus sur leurs intentions, le groupe vénérait le dieu Dranba. Après quelques jours passé à leurs côté, Lanäelle rejoignit leurs ordre.

Les années passèrent Lanäelle grandit, elle avait refusé de rentrer lorsque son frère était revenu, disant que sa place était avec le clergé de Dranba. Elle devint après une dizaine d'année une des prêtresse les plus apprécié du clergé. Lorsque le Sargath fut annoncé Lanäelle fut désigné pour y participé, les autres prêtres estimant que cet honneur lui revenait.
avatar
Abelarion

Messages : 596
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Rukia le Jeu 17 Nov 2011 - 23:03

Hop là, je me permets de up le topic… J’ai papoté avec Kayin et vu que je suis de retour, ma GP est présente à nouveau. Je ne sais pas si ca pose un réél souci, de même que je ne sais pas s’il y a besoin que je poste un bg de son adhésion en tant que GP (vu que ca s’est déroulé il y a un moment déjà…)

Au passage, j’avais plusieurs questions concernant les GP, auras, temples et pouvoirs en général (j’ai parcouru plusieurs forums en long large et en travers, et je n’ai pas trouvé de réponses)
Au niveau des auras, je me demandais encore à quoi elles servaient IG… C’est vrai, sur papier c’est assez énorme, des capacités uniques et originales qui donnent un bon avantage. MAIS (parce qu’il y a toujours un mais), voilà les soucis que j’ai remarqué :
- L’aura est rarement prise en compte en jeu, soit parce que les visés ont oublié, soit ils zappent volontairement, soit tout simplement car ils ne sont pas au courant que telle personne a une aura de gp (bon ca, c’est pas bien grave ca se rectifie)
- Lorsque l’aura est prise en compte, c’est souvent à moitié… Exemple : l’aura de Demonio qui fait souffrir c’est souvent en jeu « *a mal au crâne.* » pour ensuite oublier la douleur plus tard… Bon après c’est pas forcément évident à intégrer en jeu je le concois.
- Quand l’aura est mentionnée (je reprends mon cas pour exemple, qui n’est pas une généralité) c’est souvent bombardé de questions : « est ce que je la ressent d’ici ? ca fait beaucoup mal ? » et bien souvent les autres personnes sont insensibles car habitués à la douleur, ou ont déjà mal donc la douleur est atténuée.
Je ne sais pas comment ca se déroule avec les autres gp mais étant donné que je n’ai que mon expérience comme exemple, ca reste un avis assez subjectif…

Ensuite j’avais deux questions concernant les auras :
- Un GP ressent-il les effets des auras des autres GP ?
- Un GP peut-il amplifier son aura via des ressentiments liés à l’aura en question ? Par exemple aura de douleur amplifiée si le GP souffre physiquement, aura de Vanilius plus puissante si le GP est dans un état de dépression profond…

Autre chose que je n’ai pas trouvé, l’emplacement des divers Temples de GP et du lieu où se situait le Sargath (j’ai lu qu’il pouvait se dérouler au Temple de Vie je crois, mais je trouve ça plutôt incohérent…)

Et sinon, à quand un rassemblement IG de Grands Prêtres ?

(ps : j’ai du oublier des points ou des questions sur le coup, si ça me revient je vous en ferai part :p)
avatar
Rukia

Messages : 7
Date d'inscription : 14/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Carlos le Ven 18 Nov 2011 - 15:46

Je crois qu'on sera tous d'accord pour dire qu'évidemment, avec un personnage déjà établi comme gp, on ne demandera pas de bg/explication sur sa nomination, même si ça peut toujours être utile d'avoir ça.

-J'ai toujours pensé qu'un GP ne ressentait pas l'aura des autres GP, au plan rp ça peut être justifié car chacun d'entre eux est protégé par un Dieu, mais au plan hrp... la raison principale est que lors de réunions comme le Sargath, ce serait particulièrement invivable si chacun devait être sous l'effet des auras de ses pairs.

-Sur ce point je n'en ai aucune idée mais je serais porté à dire que ça dépend du Dieu. Wilanjis, par exemple, en dieu totalement neutre et n'agissant presque jamais, n'accorderait probablement jamais une telle augmentation du pouvoir de son représentant. Des dieux plus prompts à intervenir (Narthe, Demonio) où ayant un passé mortel (Dranig, Drangiba) pourrait être portés à laisser le mental du GP influencer ses pouvoirs.
avatar
Carlos
Admin

Messages : 696
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Internet

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Ràlas le Ven 18 Nov 2011 - 22:58

Les auras IG c'pas particulièrement pratique mais je pense que ça doit être jouable quand même en rappelant parfois son effet. Après j'ai jamais été GP et l'aura de Danava n'est pas la plus contraignante donc je connais pas réellement le problème.

Je suis d'accord sur le fait que les GP ne ressentent pas les auras des autres GP comme il ne ressente pas leur propre aura je pense (sinon je plains certain GP).

Sur ce plan, j'aurais tendance a vouloir mettre les GP sur le même pieds d’égalité parce qu'ils ont tous le même statut. L'idée me parait inintéressante, a voir si c'est pas trop compliqué

J'espere que le rassemblement tardera pas trop non plus, ca serait peut être une bonne idée de lancer ça pour les vacs de noël. A voir si tous le monde sera dispo a ce moment

EDIT : après, p'tete que faire ca IG permettrais un déroulement plus facile et favoriserais un rp plus long et de plus long discours, ce qui peut être intéressante pour ce genre de rp. Et puis, il serait visible pour toute la communauté comme ca
avatar
Ràlas

Messages : 183
Date d'inscription : 26/02/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Kayin le Dim 20 Nov 2011 - 14:02

Bon, eh bien, vu que l'ancienne GP de Demonio est de retour, je laisse Belvar pour créer Beïèl Vaar, futur (ou pas) GP d'Aariba, vu qu'il en faut un. Voilà son BG qui certes, est....Voilà.

Nom : Vaàr
Prénom :Beïèl
Date de naissance : 20 Persu 1196
(Age : 46 ans en 1242)
Signe astrologique : Kashkash

Beïèl est le fruit de l'union entre un ancien officier de l'Armée Royale et une sage femme d'Argelas. Il passa son enfance dans le petit bourg de Sarosa où ses parent lui inculquèrent les différents rites et prières qu'un serviteur d'Aariba se devait de connaître. Il étudia jusqu'à l'âge de vingt ans et se révéla être un excellent élève discret et appliqué.

Le jour de ses vingt-et-un ans, il intégra à son tour l'Armée Royale en tant que clerc d'Aariba et combattit vaillamment les révolutionnaires aux côtés des soldats de Roland IV durant la bataille des quatre vallées. Il fut le témoin d'un certain nombre d'horreur et assista à la chute de Gathol, ce qui l'incita à rentrer chez lui, à Sarosa, une fois la guerre terminée.

Il passa dix années à méditer et à respecter le culte de sa déesse. Il venait en aide aux plus démunis, réconcilia d'anciens ennemis et offrit ses maigres richesses à ceux dans le besoin. Ses actes désintéressés et altruistes le firent nommer prêtre d'Aariba à l'âge de quarante ans.

Depuis ce jour, il consacre tout son temps à sa déesse.
avatar
Kayin

Messages : 141
Date d'inscription : 19/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Carlos le Jeu 24 Nov 2011 - 20:07

On devrait commencer début décembre, du moins les premiers textes. Comme ça, on pourrait écrire les textes préliminaires au Sargath durant le mois, avec quelques posts par semaine, puis profiter des vacances de Noël justement pour conclure avec la réunion en soi, le moment nous permettant d'être présents et de plus s'investir dans l'event.

Ça vous convient?
avatar
Carlos
Admin

Messages : 696
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Internet

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les places vacantes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum